Un samedi pas comme les autres


J’ai pris mon courage à deux mains et ai participé aujourd’hui, pour la première fois à un atelier d’écriture (petit clin d’œil à Tilly qui elle, en avait déjà fait un)
Je vous livre donc ma production du jour. Ce n’était pas trop tôt puisqu’il y a plus d’un mois que je n’ai rien écrit ici :(

Debout près de son père, dans la chaleur de juin, elle se souvenait de sa grand-mère.
Pendant seize ans, Léa, comme venait de l’appeler ce vieil ami en prononçant l’oraison funèbre, avait toujours été présente dans sa vie, tel un ange tutélaire.

Pas un modèle, car celle que ses petits-enfants appelaient Mémé ne leur avait montré d’elle que son profil assis.
Près de la fenêtre, à regarder le ballet des ambulances et des civières dans la cour de l’hôpital, à se tourner les pouces, dans un sens… puis dans l’autre.
Petite fille, elle avait été fascinée par la valse des pouces de Mémé et un jour, sa mère l’avait surprise à essayer de reproduire le geste et l’avait grondée, pensant qu’elle se moquait.
Elle avait à l’époque une dizaine d’année et pensait sincèrement qu’il y avait de la magie dans ce travail des pouces.

Mémé était impotente, se déplaçait à grand peine à l’aide de sa canne de sa chaise à sa chambre ou aux toilettes. Elle dépendait en tout de sa fille, de ses fils et de leurs épouses.

En regardant les autres membres de la famille rassemblés, elle se demanda si eux aussi percevaient combien Mémé avait été seule. Ses seuls plaisirs étaient les cigarettes qu’elle se roulait et dont elle léchait le papier pour les faire tenir, et les parties de cartes avec l’un ou l’autre de ses petits-enfants.

Elle frissonna malgré la chaleur. Quand elle rentrerait du lycée, il n’y aurait plus, près de la fenêtre, qu’une chaise vide.

With my grandmother, Léa

Avec ma grand-mère, Mémé, encore debout

11 réflexions sur “Un samedi pas comme les autres

  1. "la valse des pouces de Mémé" – a lovely way to describe this and you have created a vivid portrait of her. I can almost see her…and then the empty chair. Well done! :-)

  2. C’est bien d’avoir sauté dans le grand bain ;)
    C’est une bonne idée, les photos, Claude.
    Je la retiens, et je retiens aussi le site que tu signale, je vais essayer les petits-déjeuners écriture !

  3. Je suis moi-même adepte des ateliers d’écriture, pas toujours facile à trouver en province. Ton beau texte sur ta grand-mère me rappelle l’atelier organisé par l’association Aleph à Paris en 2009 je crois. "Ecrire sur ses origines". On partait de ce qu’on savait et on inventait le reste de manière intuitive et cohérente. Un moment très fort.

    • Moi aussi, pendant ces deux jours, j’ai vcu des moments trs forts. J’tais trs inquite l’ide de participer un tel atelier, mais suis heureuse de m’tre lance et ai bien l’intention de continuer.

  4. Claude, pardonnez-moi d’être hors-sujet: je viens de suivre un commentaire a la TV americaine concernant le traitement des "macula dégénérative", utilisant des cellules de souche et les resultats sont la.

  5. bel hommage à ta grand-mère…
    je pense souvent aux grands mères que j’ai connues (une grand mère et une arrière grand-mère)… et j’y pense encore plus depuis que je suis grand-mère à mon tour…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s